Accueil  >  Protection de l'environnement

Protection de l'environnement

Assurer le contrôle radiologique des eaux et des aliments destinés à la population

Pour vous aider à contrôler les risques radiologiques des produits proposés aux consommateurs, l’IRSN, spécialiste de l’analyse radiologique, vous propose des prestations étendues de mesures de la radioactivité.

 
Photo IRSN


Nous contacter

Adresse postale :
Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire
DEI/STEME
Jeanne Loyen

Boîte postale 35
31, rue de l’Ecluse
78116 Le Vésinet Cedex

Nos moyens

L’IRSN dispose d’équipements permettant le traitement physico-chimique des échantillons, les analyses physico-chimiques et les mesures radiologiques.


Nos références

Plus de 30 années d’expérience en France et à l’étranger dans la réalisation d’analyses au service du secteur agroalimentaire et pour le compte d’organismes de contrôle (DDASS) ou de collectivités territoriales (mairies, communautés de communes, etc.).

Accréditation COFRAC pour les mesures :
- du tritium, des isotopes 238, 239 et 240 du plutonium, et de l’américium 241 dans l’eau ;
- de spectrométrie gamma des denrées alimentaires.

Participation aux instances normatives nationales et internationales (ISO).


Les prestations proposées par l'IRSN

L’Institut mesure la radioactivité des eaux de réseaux de distribution, des eaux minérales et thermales et des denrées alimentaires.

Pour les eaux de consommation, nous nous chargeons :

■ du traitement des échantillons ;

■ des mesures :
- d’activité “alpha global”,
- d’activité “bêta global”,
- de tritium,
- de radionucléides d’origine naturelle (226Ra, 234U, 238U, 210Po…),
- de radionucléides d’origine artificielle (90Sr, 238Pu, 239+240Pu, 241Am, 137Cs…).


Pour les denrées alimentaires, nous nous chargeons :

■ du traitement des échantillons ;

■ des mesures de radionucléides d’origine artificielle (137Cs et éventuellement 90Sr, 131I, 134Cs, 238Pu, 239+240Pu, 241Am) ;

■ de la délivrance du certificat d’analyse de la radioactivité.


Nos équipements

Moyens de traitement physico-chimiques

La séparation ainsi que la concentration des radionucléides sont réalisées à partir de protocoles radiochimiques spécifiques et de matériels tels que :
- des systèmes de filtration ;
- des évaporateurs automatiques ;
- des balances de précision.


Moyens d’analyses physico-chimiques

Ces analyses s’appuient sur des techniques de spectrométrie par absorption atomique.


Moyens de mesures nucléaires

L’IRSN dispose d’un plateau technique composé de :
- 22 spectromètres gamma (17 détecteurs GeHp, 5 détecteurs NaI, dont un NaI puits) ;
- 48 spectromètres alpha (6 détecteurs chambre à grille, 42 à base de détecteurs PIPS) ;
- 60 compteurs bêta bas bruit de fond;
- 10 compteurs à scintillation liquide ;
- 45 compteurs à scintillation solide.


S�paration de radionucl�ides sur colonnes �changeuses d�ions.

Séparation de radionucléides sur colonnes échangeuses d’ions.


Le cadre réglementaire du contrôle

Eaux destinées à la consommation

L’annexe I-2.2 du décret n° 2001-1220 du 20 décembre relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine introduit deux indicateurs de radioactivité : l’activité en tritium qui doit être inférieure à 100 Bq/l et la dose totale indicative (DTI), qui doit être inférieure à 0,1 mSv par an pour une consommation de 730 litres. Dans le cas contraire, des analyses complémentaires s’imposent pour identifier l’élément causant ce dépassement, que ce soit un radionucléide naturel, comme l’uranium ou le radium, ou artificiel, comme le césium 134 et le césium 137.

Bien qu’en dehors du champ d’application du décret, les eaux thermales et minérales sont concernées par les mêmes analyses. Elles sont effectuées à la demande du producteur, pour la prospection ou le contrôle régulier de la source.


Exportation de denrées alimentaires

Certains pays exigent un certificat d’analyse de la radioactivité des produits alimentaires avant d’accepter toute commercialisation sur leur territoire.

L’entreprise doit associer à son produit un rapport d’essai et un certificat indiquant que le niveau de césium 134 et 137 ne dépasse pas 600 Bq/kg pour les denrées et boissons, et 370 Bq/kg pour les produits laitiers et les aliments pour nourrissons.