Accueil  >  Protection de l'homme

Protection de l'homme

Evaluer par dosimétrie biologique la dose reçue par une personne accidentellement irradiée

Si vous êtes confronté à une situation d’irradiation accidentelle d’une personne, l’IRSN, spécialiste de la dosimétrie et de la radioprotection, vous propose des prestations de dosimétrie biologique, couvrant une large gamme de configurations d’exposition aux rayonnements ionisants.

Photo IRSN


Nos moyens

L’IRSN dispose d’équipements d’analyse cytogénétique d’un échantillon de sang permettant des mesures de dose avec une sensibilité de 100 mGy.


Nos références

■ L’IRSN est le seul organisme en France à pratiquer des analyses de dosimétrie biologique.

Plus de 200 expertises ont été réalisées depuis 1992.

■ Les résultats obtenus ont une valeur médicolégale.


Les prestations proposées par l'IRSN

L’Institut réalise des expertises individuelles prenant en compte le contexte de l’exposition : nature de la source d’irradiation, durée d’exposition, débit de dose.

Notre analyse permet d’estimer la dose biologique reçue par un individu à partir de courbes de référence établies in vitro.

Seul un médecin est habilité à demander une telle expertise.


Principes d'une analyse cytogénétique de la dose

Exemple d��changes entre chromosomes pouvant �tre observ�s apr�s exposition des cellules aux rayonnements ionisants.

Exemple d’échanges entre chromosomes pouvant être observés après exposition des cellules aux rayonnements ionisants.

La dosimétrie biologique vient en complément du diagnostic clinique et de la dosimétrie physique. Si un dosimètre affiche une dose anormalement élevée, la dosimétrie biologique peut apporter un complément d’information. Elle s’appuie sur le dénombrement des aberrations chromosomiques dans les lymphocytes circulants. La fréquence des aberrations chromosomiques radio-induites est liée à la nature de la source d’irradiation, àla durée de l’exposition et au débit de dose.

Le dénombrement des dicentriques est la technique de référence pour une estimation de dose récente due à un accident d’irradiation. La dose minimale détectable dépend du nombre de cellules observées et du bruit de fond de la population (1 dicentrique pour mille cellules). Elle est de l’ordre de 0,1 Gy, pour une irradiation récente et homogène, lorsque l’on observe 500 cellules.

La demande d’expertise doit venir d’un médecin. Une procédure d’assurance qualité couvre les relations entre le laboratoire IRSN et le médecin prescripteur notamment en ce qui concerne la confidentialité des informations médicales nécessaires à l’estimation de la dose.

Cas des irradiations anciennes
Il est aussi possible d’estimer une dose reçue dans le passé en utilisant le dénombrement des translocations. La sensibilité de la mesure est alors autour de 0,3 Gy.


Déroulement d'une analyse cytogénétique de la dose

Visualisation d�un lymphocyte au stade de la m�taphase.

Visualisation d’un lymphocyte au stade de la métaphase.
En rouge sont indiqués les dicentriques, en bleu les fragments et en jaune l’anneau centrique.

Après mise en culture des lymphocytes obtenus par un prélèvement de sang sur le patient, les aberrations chromosomiques produites par l’irradiation sont dénombrées. Cinq cents cellules sont observées et le résultat de l’observation est reporté sur une courbe de référence établie au préalable. Une courbe de référence “dose-effet” permet d’estimer la dose absorbée au corps entier de la victime à partir de la fréquencedes aberrations chromosomiques.


Différentes courbes ont été établies pour l’exposition :

aux rayonnements X et gamma :

- 60Co, débit de dose 0,1 Gy/min,
- 60Co, débit de dose 0,5 Gy/min,
- 60Co, débit de dose 1 Gy/min,
- 137Cs, débit de dose 0,5 Gy/min,
- rayons X d’énergie 90 kvp, débit de dose 0,1 Gy/min ;


aux rayonnements de transfert d’énergie linéique élevée :

- neutrons de fission avec un rapport neutron/gamma = 0,86,
- neutrons de fission avec un rapport neutron/gamma = 5,60,
- neutrons de fission avec un rapport neutron/gamma = 0,12.


Capacité maximum :
La procédure utilisée pour une expertise individuelle étant lourde (observation de 500 cellules), il ne sera pas possible de traiter plus de 10 individus en une seule fois. C'est pourquoi une procédure de crise, testée tous les deux ans par des exercices virtuels, a été mise au point à l’IRSN.


 

Adresse postale :
Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire
DRPH/SRBE
Laurence Roy

Boîte postale 17
92262 Fontenay-aux-Roses Cedex