Accueil  >  Le risque sismique et les installations...

Le risque sismique et les installations nucléaires

SOMMAIRE

La commémoration du séisme de Lambesc du 11 juin 1909 est l’occasion de rappeler que, même si le territoire métropolitain ne connait qu’une sismicité modérée, des séismes destructeurs peuvent s’y produire.

Pour ce qui concerne les installations nucléaires, l’aléa sismique est pris en compte dès la conception des installations et fait par la suite l’objet de réévaluations régulières, pour tenir compte de l’évolution des connaissances. Un texte para réglementaire (Règle Fondamentale de Sûreté) indique une méthode acceptable pour déterminer « l’aléa sismique » à retenir pour ces installations ; cette méthode s’appuie sur l’analyse de données géologiques et sismologiques pour définir in fine des mouvements sismiques caractéristiques du site.

Afin d’améliorer ses connaissances en matière d’aléa sismique, l’IRSN conduit des programmes de recherches tant dans le domaine de la géologie que dans celui de la sismologie. C’est en particulier le cas dans la vallée de la moyenne Durance où se trouve une faille caractérisée par une sismicité régulière, où l’IRSN a conduit durant la dernière décennie des travaux qui ont permis de cartographier et de mieux comprendre le fonctionnement de la faille de la Moyenne Durance. Certains résultats de ces travaux ont permis de préciser l’aléa sismique pour le site de Cadarache, notamment par une localisation plus précise de la faille active la plus proche du site.

Les résultats des travaux présentés dans ce dossier et d’autres travaux de l’IRSN pourront conduire à terme à des aménagements de l’approche retenue pour la détermination de l’aléa sismique pour les sites d’installations nucléaires.

I- Les séismes : pourquoi, où, quand, comment ?

Un tremblement de terre est la conséquence en surface d’un phénomène brutal qui se produit en profondeur, dans les entrailles de la Terre : le séisme ou la cassure (presque) instantanée d’une faille. Ce phénomène est la réponse au comportement fragile des roches terrestres soumises aux forces tectoniques.

Ce phénomène local se produit en fait quotidiennement à l’échelle du globe, avec une énergie plus ou moins grande suivant les régions. Les régions du monde frappées par les plus grands et les plus nombreux séismes sont situées dans des zones bien particulières, aux limites de plaques rigides se déplaçant les unes par rapport aux autres.
    voir les posters de l'exposition) ;

- à une exposition pour les collèges intitulée "le Sismotour" (voir les posters du Sismotour) ;

- à une conférence scientifique internationale Provence sur le thème "Risque sismique en région à sismicité modérée" du 6 au 8 juillet à Aix-en-Provence.

> Pour plus d'information sur toutes les manifestations organisées dans le cadre de la commémoration du séisme du 11 juin 1909 en Provence, consultez le site seisme-1909-provence.


III- La prise en compte du risque sismique pour la sûreté des sites nucléaires

Lors d’un séisme, la majorité des dommages est créée par les mouvements du sol qui suivent l’évènement. A l’IRSN, des chercheurs et ingénieurs ont pour tâche d’évaluer le risque que constituent ces mouvements pour les installations nucléaires.

La démarche globale d’évaluation du risque est menée conformément à la réglementation en vigueur. Celle-ci tient compte de l’enjeu majeur pour les populations et  l’environnement qu’est la sûreté des sites nucléaires.
    > En savoir plus sur les réglementations sur l’aléa et la conception des ouvrages

ZOOM : Le site de Cadarache

Le site de Cadarache est localisé aux limites des départements du Vaucluse, du Var, des Bouches-du-Rhône et des Alpes de Haute-Provence. C’est une région où l’activité sismique est avérée pour la période instrumentale (les cinquante dernières années), la période historique (le dernier millénaire) et la période géologique récente (les deux derniers millions d’années).

L’IRSN a contribué, avec d’autres organismes (universités, CNRS, CEA), à l’acquisition de connaissances scientifiques pour la région du site, en particulier sur la faille de la Moyenne Durance, de façon à améliorer la connaissance de l’aléa sismique régional.
    > En savoir plus sur la faille de la Moyenne Durance.

Les connaissances géologiques et sismologiques les plus récentes sont prises en considération par l’IRSN pour évaluer le risque sismique à Cadarache.
    > En savoir plus sur l’évaluation par l’IRSN du risque sismique à Cadarache.

 
IV – Quelques séismes récents analysés par l’IRSN

Lors d’un séisme notable dans le monde, l’IRSN collecte les informations scientifiques relatives à l’évènement et publie une synthèse de ses effets, en particulier sur les installations nucléaires voisines.
    > Consulter les fiches séismes récentes de l’IRSN