Accueil  >  Uranium appauvri

Uranium appauvri

Toxicologie de l'uranium appauvri (UA)

Du fait de sa densité presque deux fois supérieure à celle du plomb, l'uranium appauvri est utilisé pour des applications civiles et militaires (contrepoids dans les avions, boucliers de protection dans les appareils de radiothérapie, munitions…). Néanmoins, bien que plus faiblement radioactif que l'uranium, l'UA reste délicat à utiliser en raison de sa forte toxicité.


Uranium naturel et uranium appauvri

L'uranium naturel est un métal blanc argenté, faiblement radioactif et omniprésent en infime quantité dans la nature. Il se compose de trois isotopes :

  • 238U (99,3% de la masse totale)
  • 235U (0,7%)
  • 234U (0,006%)

 

L'uranium appauvri se distingue de l'uranium naturel par une teneur plus faible en 235U (0,3% au lieu de 0,7%). Ceci a pour conséquence une activité spécifique globale plus faible (16 kBq.g-1) que l'uranium naturel (25 kBq.g-1). C'est à dire, qu'il émet 40% de rayonnements en moins.

L'uranium appauvri est produit par l'homme lorsque, pour les besoins de l'industrie nucléaire, ce dernier enrichit l'uranium naturel.


Trois modes de contamination

Les contaminations à l'UA peuvent résulter de l'inhalation de particules présentes dans l'atmosphère, d'un contact de ces particules avec la peau ou de l'ingestion d'eau et d'aliments contaminés. Le devenir biologique dépend fortement de la voie d'entrée de l'UA dans l'organisme et de sa solubilité. Les conséquences sanitaires d'une contamination dépendent également du niveau d'exposition et de sa durée.

> Par inhalation
Après inhalation, l'uranium est transféré des poumons vers le sang puis vers les autres organes.

  • Lorsque les composés inhalés sont insolubles, ils se dissolvent lentement (quelques mois ou quelques années) et la quantité corporelle d'uranium la plus importante sera répartie dans les poumons. Une fois transféré dans lesang, l'uraniumsera distribué essentiellement vers l'os (où il pourra séjourner plusieurs dizaines d'années) et vers les reins pour être excrété par voie urinaire. Les études épidémiologiques réalisées sur les mineurs d'uranium montrent un excès de cancer du poumon, mais que l'on associe à une exposition au 222Rn et ses descendants, provenant eux-mêmes de la décroissance du 238U. Les études réalisées sur les travailleurs de l'industrie nucléaire ne montrent, au contraire, pas de risque supérieur de développer un cancer. Cependant, compte tenu des facteurs associés aux expositions à l'uranium (exposition aux rayonnements gamma, aux produits chimiques et, le plus souvent, à la cigarette,) ces études sont complexes et restent sujet à caution.
  • Lorsque les composés inhalés sont solubles ilspassent rapidement (quelques jours à quelques semaines) des poumons vers la circulation sanguine et lymphatique. L'uranium se dépose alors essentiellement dans le squelette et dans les reins. Des études expérimentales menées sur l'animal montrent que, lorsque la masse d'uranium inhalé dépasse 5 µg.kg-1.j-1 l'UA peut induire des lésions importantes au niveau des reins, accompagnées d'anomalies fonctionnelles. On considère communément que la toxicité rénale apparaît à partir de 3µgU.g-1 de rein.


> Par ingestion
Dans ce cas, le transfert d'uranium vers le sang puis vers les autres organes varie entre 0,1 et 2% de la quantité ingérée. Une fois transféré, l'uranium suit le même cheminement que dans le cas de l'inhalation, à savoir un dépôt sur les os et une excrétion via les reins.

> Par contact cutané
Les contaminations par la peau sont rares car l'uranium passe très peu au travers de l'épiderme. Les seules contaminations significatives ont été enregistrées après dépôt d'uranium sur blessure ouverte et ne concernent que quelques cas particuliers.


Risques associés à l'uranium appauvri dans les obus perforants

Etat des connaissances sur les risques potentiels associés à l'uranium appauvri utilisé dans les armes : dans ce document sont rappelées les connaissances actuelles sur l'uranium et sa toxicité chimique et radiologique. Il apporte des éléments permettant d'apprécier les risques associés à l'exposition de l'homme à l'uranium appauvri (UA) .

> Consulter le document (: 0.1 Mo)


En conclusion

l'UA est avant tout un toxique chimique comme le sont la plupart des métaux lourds (cadmium, mercure, plomb, etc..). Compte tenu de cette toxicité chimique des composés solubles de l'uranium, il est recommandé que les masses inhalées ou ingérées en un jour ne dépassent pas 35 mg d'uranium (quelle que soit la composition isotopique de celui-ci) par jour pour un homme de 70 kg.